ENSEIGNEMENT

THEME: Carême chrétien / Période de Rameaux
TITRE: Ensemble de définition ou "Df"
 
 
Prière: Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, amen.
Seigneur notre Dieu, tu connais nos pensées, et tu sais qu'elles sont vaines. Brise en nous, nous t'en supplions, tout ce qui nous empêche de te servir véritablement afin que nous puissions accueillir dans la repentance et dans l'humilité le Christ Jésus qui vient au Nom du Seigneur. Au Nom de Jésus, amen.
 
Lire: Nombres 20.1-11 & Ac 5.1-10
        Depuis le péché originel de Adam et Eve, les premiers Hommes (Gn 3), Dieu a malgré tout cherché à se réconcilier avec nous à l'exemple de quelques justes tels Abel (Gn 4.1-4), Henoc (Gn 5.23-24), Noé (Gn 6.8).
       Malheureusement, avant comme après le déluge (Gn 7.17-23 & Gn 11.9), il est clair que l'Homme na pas vraiment changé, il reste identique à lui-même. Son ensemble de définition, c'est faire le mal: Df= {mal}
 
      Avec l'avènement du Christ, le Seigneur est venu nous arracher de la mort éternelle vers laquelle nous plongeait notre péché contre Dieu. Reconnaître Christ comme notre maître, c'est se laisser toucher et transformer par son amour infini, c'est accepter de changer de vie, de mentalité et d'habitudes. Et cela n'est possible que par l'action de l'Esprit Saint dans nos vies.
  Dans notre "traversée du désert" avec le Christ en ce temps de carême, nous ressentons  souvent la faim, la soif, la fatigue et des bouffées de chaleur. N'oublions pas non plus le sentiment de marcher sans jamais arriver au but indiqué.
Ces sentiments humains sont normaux, et il n'est pas facile de suivre le Dieu Saint, dont la tendresse égale les exigences de purification et de sanctification.
C'est le cas d'Israël dans le désert, qui pendant son "carême forcé", s'est rebellé en plein coeur de la présence de Dieu malgré tous ses prodigieux miracles. Dégoût de la manne, manque de légumes, de viande, trop de soleil et de tours en cercles viscieux dans un désert hostile... Autant de récriminations-ajoutées aux menaces violentes pour un manque d'eau général (Ex 17.4)- qui ont fini par irriter le Seigneur, retranchant de son peuple et de Canaan les rebelles.
      Tout cela remonte à bien longtemps, et c'est bien triste. Malheureusement pour nous, il n'y a pas qu'Israël qui est entêté. Aujourd'hui, il ne s'agit plus de Moïse, privé d'entrer à Canaan malgré sa mission remarquable ou d'un peuple qui déjà a reçu sa punition! Aucun de ceux dont on parle n'est encore en vie, mais nous, si.
Il s'agit donc de nous examiner à la lumière de l'évangile de paix et de vie, nous qui attendons impatiemment les Rameaux pour dépouiller les palmiers, oliviers et autres arbres de leurs plus tendres branches, alors que nous avons passé 40 jours à résister à la tentation de voler, mentir, nous aigrir, dénigrer, ignorer notre conjoint(e)...
Nous qui apprêtons les discours et prêches accusateurs alors que, chaque ordre personnel reçu de Dieu pour notre bien-être spirituel pendant le carême ne nous a pas détourné de notre maîtresse, du mari de notre meilleure amie, du canari sacré du-bas-de-lit, du talisman-en-collier-de-reins ou de la rétention des deniers privés/publics.
      C'est à dire que la vie en Christ est bien plus complexe qu'elle n'y paraît: on peut se dire chrétien(ne) et répondre encore à
Df= {mal}. En vérité, l'ensemble de définition d'un individu est caractérisé par son amour et son attachement à Dieu.
Celui qui aime peu aura du mal à se défaire de ses vieilles habitudes de désobéissance. Bloquée sur les bases de son éducation, ses principes, sa sagesse, cette personne refusera de se rendre en mission pour la cause de Dieu, ou refusera de faire certaines actions, même pour Dieu: soit x et y, les volontés de l'Homme, et S, le service de Dieu, l'ensemble de définition d'une telle personne est:
Df= {S + (x;y)}                  L'Homme rajoute toujours sa volonté à celle de Dieu
Df= ]«----;0]                      Le résultat étant toujours nul dans ces cas là.
     C'est tellement domâge, pour nous qui malgré la cure de sanctification que le carême propose, de nous voir toujours conformes à l'original désolant que nous étions avant, puisque nous nous efforçons de garder notre "cadre de référence" de pécheur racheté, refusant toutefois la transformation. Des éternelles victimes de blocages, des soucieux et malchanceux quotidiens, c'est là notre lot à nous qui réduisons la Grâce divine à notre maigre degré de soumission à Dieu.
Et lorsque notre ensemble de définition devient encore plus restreint, on s'oblige à suivre Dieu des lèvres, sans changer un "i" de nos habitudes, ce qui nous conduit à une mort spirituelle prématurée, en plein milieu de notre apparente soumission à la volonté de Dieu (Ac 5.1-10)
Ananias et Saphira ont eu beau appartenir au groupe des premiers disciples de Jésus, ils ont eu beau voir les autres frères développer l'amour et la charité/solidarité, ils sont restés identiques à eux-mêmes (Ac 4.32-35 & Ac 5.1-2): le même esprit d'incrédulité à l'oeuvre à laquelle ils appartenaient, la même fausseté et la même hypocrisie...Tous les deux l'ont payé cher!
Et nous aurons la même récompense si nous refusons de quitter nos carcans d'entêtement, d'endurcissement de coeur et de résistance au Saint-Esprit.
     Si nous voulons que Df:]«-----; 0] se transforme en [1; -----»[, arrêtons de faire semblant d'obéir à Dieu, pour faire plaisir aux voisins, aux parents, à nos responsables ecclésiastiques ou pour "faire bien". Jetons-nous aux pieds du Christ, confessons notre piété hypocrite, nos gestes théâtraux, pour laisser Dieu lui-même nous relever, car sa miséricorde l'empêche toujours de détruire complètemet ceux qui le cherchent de tout leur coeur, et qui veulent se libérer de leurs chaînes.
     Jésus entre dans Jérusalem. Accueillons-le avec joie et sincérité. Prenons garde de rester tels que nous sommes avec nos intentions mauvaises et tortueuses, nos méchancetés et nos lâchetés en présence du Seigneur. Le Christ ne peut composer avec toutes ces choses abominables. Si nous ne nous laissons pas toucher aujourd'hui par la grâce de Dieu, ne nous étonnons pas de n'avoir ni grâces ni bénédictions, mais craignons le jour où le Seigneur, exaspéré de nous polir en vain, nous rejetera (Jer 6.29-30).
    C'est seulement alors que nous pourrons dire d'un coeur vrai: "Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur" (Lc 19.38), à l'approche de la fête des Rameaux.
Amen, Dieu nous garde.
Luméria D.
Léana D.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×